• Photo Regards sur le numérique

Matt
Pyke, digitalement romantique

Written by , 8 années ago, 0 Comments

Photo Regards sur le numérique
Pour ce premier numéro, je vous invite à découvrir le nouveau temple parisien de la culture numérique avec ses 11 000m2, j’ai nommé la gaité Lyrique. Au programme des réjouissances : 3 étages consacrés au Motion design et aux créations numériques, une mezzanine dédiée aux jeux vidéos et cerise sur le cup-cake l’Amusement – concept store qui propose des livres, des magazines et objets hétéroclites pour satisfaire vos penchants Nerds et Geeks en tout genres !
Rénovée pour notre plus grand plaisir, cette ancienne salle pour oeuvres lyriques, a muté avec son temps et accueille jusqu’au 27 mai l’exposition Super – Computer – Romantics de Matt Pyke et ses amis.
Effectivement, Matt Pyke est un concepteur très entouré dans sa production, en fait 9 collaborateurs ont pris part à la création et à l’élaboration de l’exposition, sans oublier la curatrice invitée Charlotte Leouzon.
Ce mode de production n’est pas singulier en art, par contre il est plus rare de voir des artistes qui l’assument et valorisent leurs collaborateurs; Les présentations dans la suite de l’article….
Et c’est dans l’aspect participatif de son travail que réside aussi la fraicheur de Matt Pyke : toute création est pour lui, le fruit de rencontres basées sur l’échange, la perméabilité et le dialogue, reflet de ce début de siècle numérique 3.0?

Fascinantes, hypnotiques drôles, surprenantes …

…sensibles autant d’impressions que laissent cette exposition. Dénotant d’un fort intérêt pour le vivant et la nature, qu’elle soit végétale, humaine, astronomique ou numérique, les œuvres de Matt Pyke, d’apparences naïves, s’appuient pour la plupart sur des technologies numériques complexes.
Telles que «Voxel Posse», 96 mini-sculptures anthropomorphiques conçues par une imprimante 3D, à partir d’un jeu mathématique qui génère leurs formes.
Projet développé en collaboration avec Karen Schmidt ( aka Toxi), maitre du calcul informatique et fondateur du studio Post-spectacular, qui explore les possibilités et les interactions entre l’art et les logiciels.


Voxel posse – 96 sculptures génératives – impressions 3D par découpage laser sur du nylon PA 2200 –
logiciel génératif et imprimante 3D

Photo Malaika Mariejeanne

Exposition jusqu’au 27 mai.
Conférence gratuite de Matt Pyke le 11 mai à 19h. Gaité Lyrique, 3 rue Papin, Paris 3eme
Plus d’infos sur l’exposition et sur la gaité lyrique

Supreme Believers

Photo Malaika Mariejeanne

Parmi les œuvres les plus hypnotisantes, il y a «Supreme Believers», une lutte humains versus tempête de sons qui se termine par la désintégration de nos congénères en fragments énergie. La fresque allégorique (?) s’étale sur un écran de 25 mètres de long et je vous assure qu’il faut chercher le dispositif permettant cette prouesse, longtemps avant de s’apercevoir qu’il est bien caché dans l’entre-sol. La Gaité Lyrique a mis les moyens pour recevoir Matt, d’ailleurs la préparation de l’expo s’est déroulée sur 1an et demi.
Pour ce projet Matt a collaboré avec Chris Perry, le plus jeune de la bande, acolyte de Pyke et avec son alter-ego musical, qui n’est autre que son frère, Simon Pyke avec qui il travaille étroitement. Le designer sonore est aussi le fondateur de Freefarm.


Immersion totale pour Communion, un dancefloor à 360° où des centaines de formes uniques s’animent grâce à la musique, de manière autonomes.
Réalisation en collaboration avec Simon Pyke, Markus Wendt & Véra- Maria Glahn fondateurs du studio Field , spécialisé en art génératif et itératif, leur site vaut vraiment le détour.

Photo Malaika Marie Jeanne

Métamorphose

Photo Malaika Mariejeanne

Transfiguration – boucle vidéo – projection HD, son- programme d’animation procédurale composée de 300 processeurs de calcul.

La Métamorphose selon Matt Pyke, Realise – le studio d’animation 3D de Nora Abdul Rahim & Paul Simpsonet Simon Pyke , nous fais passer par tous les matériaux : de la pierre à l’or, en passant par le feu, le métal, la molécule, l’air ou encore le poil.
Ce petit animal chimérique passe d’émotions en émotions sans fin, ça ne vous rappelle pas quelqu’un ? ….

Photo Malaika Mariejeanne

Electric trees – 17 impressions jet d’encre (encres noire et ultraviolette) – lampes UV – capteur de mouvement. – Logiciel génératif.

 

Photo Malaika Mariejeanne

N’oublions pas Philip Ward, membre d’Universal Everything et Thomas Traum aka Thomas Eberwein.

 

Business Portrait

Finissons par un Business Portrait, afin que vous ayez quelques clés :
De 1996 à 2004, après ses études à Londres, Matt devient designer pour The designers Republic, la grosse agence de graphisme 2D/3D outre-manche.
Puis en 2004, il fonde son studio de création numérique «Universal Everything» et crée dans la foulée, en 2006, le blog Participatif « Everyone forever».
En 2006 toujours, il présente devant une assemblée de 750 personnes, l’univers multi-disciplinaire d’Universal Everything à la conférence de The Barbican puis au Visuelt ‘06.
2007, Matt pyke rentre dans «le top 50 des designers travaillant au Royaume-uni», du quotidien anglais The Guardian
Plus connu pour ses interventions audiovisuelles auprès de marques telles AOL (Supreme Believers), MTV (Transfiguration), Wrap, Apple… C’est en 2009 qu’il a sa première reconnaissance artistique avec l’installation «Forever» présentée au Victoria&Albert Museum (Londres).
Et déjà des projets futurs, en 2012 «Universal Everything» à été choisi pour animer les festivités des JO de Londres en 2012.

phot Malaika Mariejeanne

About